Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


Intervention de l’état dans le processus économique

Publié par De Bona Stéphane sur 6 Janvier 2015, 15:02pm

Catégories : #Economie

Intervention de l’état dans le processus économique

Le keynésianisme

 

John Maynard Keynes était un économiste et un mathématicien britannique (né le 5 juin 1883 à Cambridge et décédé le 21 avril 1946 à Firle, Sussex).

 

Il est l'inspirateur du keynésianisme, courant de pensée économique dont les adeptes (plus ou moins critiques du libéralisme économique) ont retenu notamment, parmi la richesse des analyses de Keynes, sa position en faveur de l'intervention active de l'État, à certains moments précis, au sein de l'économie, pour assurer le plein emploi. Ce courant s'oppose vigoureusement à l'école néoclassique et a été dominant de 1945 jusqu'aux années 1970, voire 1980 selon les pays.

 

Les concepts novateurs de Keynes

 

Parmi les concepts novateurs apportés par Keynes, on retiendra surtout :

 

--ceux de l'équilibre de sous-emploi où le chômage est possible pour un niveau donné de la demande effective ;

 

--l'absence d'ajustement par les prix entre les demandes et les offres d'emploi, afin de résorber le chômage. L'ajustement se fait donc par les quantités ;

 

--une théorie de la monnaie fondée sur la préférence pour la liquidité ;

 

--la notion d'efficacité marginale du capital comme explication de l'investissement, faisant de l'investissement la "cause" déterminante de l'épargne et reniant de ce fait la loi de Say selon laquelle toute offre trouvera obligatoirement une demande.

 

--la loi psychologique fondamentale qui affirme que lorsque le revenu augmente la consommation augmente moins que proportionnellement, ce qui revient à dire que la propension à consommer est comprise entre 0 et 1. Cette propriété découverte par Keynes, sera reformulée par la suite dans le cadre de la théorie des choix inter temporels.

 

 Ces concepts ont accrédité à l'époque la possibilité de politiques économiques interventionnistes qui limiteraient les récessions et freineraient les emballements de l'économie. L'ensemble de ces notions constitue une méthodologie, et a engendré une nouvelle sous discipline de l'économie, appelée macroéconomie.

 

Une politique keynésienne aujourd'hui

 

Notre société souffre, aujourd'hui, des mêmes travers que ceux qui ont engendré la crise de 1929. Seulement, de nos jours, les remèdes keynésiens ne peuvent plus être appliqués de la même façon qu'à cette époque. Le système de mondialisation a largement fait son œuvre et les économistes libéraux, qui croient toujours à la régulation des économies par la main invisible du marché, ont largement mis en déroute les politiques étatiques qui essaient de rétablir l'égalité entre les personnes par un système de maîtrise de l'économie. Le seul moyen, à notre époque, d'avoir une emprise sur les entreprises et le marché serait que les gouvernements incitent leurs entreprises nationales à être les plus compétitives pour les politiques de grands travaux au niveau local ou national, quitte à réduire leurs marges bénéficiaires face à leurs concurrents étrangers. L'augmentation des chantiers nationaux exécutés par des entreprises françaises feraient mécaniquement accroître la masse salariale et donc, diminuer le chômage. De plus, nous pourrions par ce biais améliorer nos infrastructures en fonction des besoins de chaque région et, par conséquent réindustrialiser notre pays en développant notre système d'urbanisation. Certains pourront penser que cette méthode de patriotisme économique est proche des idées du Front National mais, soyons réalistes, elle pourra bénéficier à tous, même aux travailleurs étrangers qui résident sur notre territoire, et limitera la pollution par la diminution des gaz à effet de serre dus aux transport des matières premières sur les chantiers. Pour moi, le keynésianisme n'est pas mort. Il a même encore de beaux jours devant lui et nous aidera, sans doute, à sortir des 30 piteuses que nous connaissons pour nous faire rentrer dans une nouvelle ère de prospérité et de paix entre les peuples.

 

Modèle keynésien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents