Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


Interview de Janvier 2010

Publié par De Bona Stéphane sur 17 Janvier 2015, 20:08pm

Catégories : #Politique

Tribune pour les régionales de 2010

Tribune pour les régionales de 2010

Les propos tenus à cette époque sont toujours valables.

 

Frank Schweitzer : Quel principal challenge stratégique le MoDem doit-il relever dans les temps à venir ?

 

Stéphane De Bona : Nous devons réussir à convaincre l'électorat et lui montrer que le Mouvement Démocrate a terminé sa mutation. Pour nous, il existe un autre chemin ! Il n'est ni de droite ni de gauche, mais il appartient à une mouvance démocrate et écologique. Cette mouvance se veut indépendante de tous les clivages et elle transcende ou dépasse les vieux courants existants.

 

FS : Qu'apportera le MoDem dans le paysage politique français dans les années à venir, alors que beaucoup de vos détracteurs considèrent déjà votre parti comme mort-né ?

 

SDB : Je tiens tout d'abord à dire que nous ne sommes pas un parti mais un mouvement et que nous sommes loin d'être morts. Les partis politiques sont avant tout des écuries présidentielles, qui n'ont pour seul but de préparer chaque échéance électorale. Nous au mouvement démocrate, nous sommes sur le terrain. Nous souhaitons défendre la population et soutenons les salariés et les partenaires sociaux lorsqu'ils sont en difficulté. Notre mouvement est divers, nous ne sommes pas des bobos ou des blings-blings. Nous sommes tout simplement des citoyens engagés qui croient en la grandeur de l'humanité. Nous sommes des humanistes avant tout. Nous devons démontrer qu'il est possible de gouverner autrement, d'une manière éclairée et dans un esprit sain en ayant pour seul souci de répondre à l'intérêt général. Actuellement notre pays doit faire face à plusieurs enjeux, la crise économique, le changement climatique et à la perte d'autonomie d'une partie de sa population. Cette situation est pour moi, similaire à celle de l'après-guerre. Nous devons recréer une France unie qui tourne le dos à l'extrême droite comme à l'extrême gauche. Nous pouvons relever ces défis dans une optique solidaire. Nous serons changer profondément notre modèle et créer une économie sociale de marché qui respecte l'homme et la nature.

 

FS : Les Jeunes Démocrates : pourquoi et jusqu'où ?

 

SDB : Il est essentiel qu'un mouvement politique comme le nôtre est une déclinaison pour sa jeunesse. Il peut y découvrir des talents et ses adhérents peuvent faire preuve facilement de créativité, tout en restant autonome par rapport aux aînés. Malgré cette séparation est contrairement, au Parti Socialiste, les jeunes ne sont pas une entité totalement détachée. Les jeunes et les aînés sont deux forces qui ont la même voix au chapitre lors de l'élaboration des projets électoraux. Nous luttons ainsi efficacement contre la fracture entre les générations. Les enfants à venir et les jeunes sont l'avenir de notre pays, quant aux aînés, ils apportent sagesse et raison. Les jeunes voient souvent leurs idées appliquées, ils sont un levier formidable pour notre mouvement. Pour nous, la fracture générationnelle est une aberration !

 

FS : Qu'est-ce qui vous pousse sur un plan personnel a remporté les élections régionales ?

 

SDB : Si nous remportons cette élection, nous pourrons montrer que nos idées et notre manière de faire de la politique sont différentes. Nous ferons rentrer la région Lorraine dans le XXIe siècle. Nous disposons après de nombreux mois de travail d'un grand dessein pour la Lorraine. Nous sommes une alternative à la droite et à la gauche qui ont échoué tour à tour. À la fin de notre mandat, la Lorraine sera identifiable partout en France. Elle bénéficiera d'une reconnaissance pour son savoir-faire et son savoir être. Nous sommes d'abord une liste de lorrains qui aiment profondément leur région et voulons contribuer à son développement durable. Ensemble nous ferons avancer « la Lorraine de toutes nos forces ».

 

Propos recueillis par Frank Schweitzer

 

La vie politique française de 1945 à 1995

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents