Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


La maison signe et symbole d'une culture

Publié par De Bona Stéphane sur 15 Janvier 2015, 19:08pm

Catégories : #Ethnologie

Une chaumière

Une chaumière

L'habitat : sujet ethnologique

 

 La maison est le premier lieu qui caractérise une personne. De ce fait, l'habitat donne un grand nombre de renseignements sur le mode de vie d'une communauté humaine. Le choix d'une maison semble être l'engagement de toute une vie. Lorsqu'un acquéreur devient propriétaire de son habitat, il peut alors le modifier à son goût, si les contraintes architecturales le lui permettent.

La maison apparaît avant tout une signature régionale. On ne vit pas pareil dans le sud de la France que dans le nord. Celle du nord de la France donnera une grande place au foyer commun avec généralement une pièce à vivre et le mas du sud possédera habituellement un grand jardin, pourquoi pas avec piscine et sera ouverte vers l'extérieur.

La maison est aussi confectionnée en fonction des matériaux que l'on trouve sur place. Elle devra résister aux intempéries et au changement climatologique par rapport au continent où elle est construite. En Afrique, elle pourra être confectionnée de terre et de chaux avec un toit de feuilles ou de paille pour protéger plus efficacement ses habitants contre la chaleur. Dans les pays nordiques au contraire on privilégiera la brique ou la pierre pour leur caractère robuste qui permettra d'intégrer une cheminée ou d'autre mode de chauffage protégeant ainsi la maison des risques d'incendie. Quoi qu'il en soit, la maison est le reflet de ses habitants et généralement d'un style vie.

 

La maison reflet de ses habitants

 

Souvent, lorsque nous passons le pas de la porte d'une maison nous ressentons le climat qu'il y règne. Si votre logement est seulement votre lieu de couchage, on n'y trouvera guère d'objets personnels. Si au contraire, vous aimez y vivre, les bibelots, symbole religieux, et autres souvenirs d'enfance ou vous rappelant des moments heureux de votre existence siégeront clairement dans tout votre logement. De même une maison où l'on vit agréablement gardera toujours une place pour un ami inattendu. Autrefois même, un couvert supplémentaire été placé à table à fin d'accueillir de la meilleure des façons une personne déshéritée ou cherchant un toit. Aujourd'hui, notre société individualiste a fait de nos chaumières de simple élément de nos cités dortoirs modernes. Nous ouvrons seulement nos portes, à des êtres connus que nous avons invités de longue date. Chacun d'entre nous, a fait de son logement à lieu de protection et de repli.

 

Le summum de l'individualité apparaît souvent en situation de crise. Un couple en situation de divorce laisse apparaître les enjeux de leur vie commune par l'habitat. Lequel d'entre eux gardera-t-il au foyer ? Peu de temps, avant une procédure de divorce, les amis se feront plus rares, comme s'ils sentaient que quelque chose ne tourne plus rond dans cette maison. Est-ce le moyen de faire savoir à ses occupants qu'il faut qu'ils se remettent en question ?

 

Enfin le lieu et l'environnement de la maison, nous montre le style de vie de ses occupants et leur aspiration pour l'avenir.

 

Le style de vie et l'environnement

 

 Une maison urbaine ou rurale telle est la question ? La maison urbaine sera certainement choisie par les esprits matérialistes et redoutant l'absence d'autres êtres humains.

Les ruraux, eux se feront très bien aux grands espaces et à l'absence de magasins à moins de 20 km à la ronde.Pour eux, l'essentiel se trouvera dans la pureté et les bienfaits que la nature leur apporte. Certes ils n'ont pas choisi de vivre en ermite comme certains urbains le leur reprochent quelquefois, mais plutôt la tranquillité, le partage et l'éloignement du stress provoqué par les grands ensembles ainsi que par la circulation. Les villageois préféreront grandement être entourés d'un ami, d'animaux ou d'un passant qui égayera leur journée par une anecdote ou un fait de société qu'il a connue, en journée dans la grande jungle urbaine, au travail.

Pour Rousseau, l'habitant rural serait moins perverti que l'urbain. La citation « l'homme est bon c'est la société qui le pervertit » trouve plus facilement un écho dans notre jungle urbaine du XXIe siècle qu'au XVIIIe siècle où il a vécu.

En bref, la maison peut décrire un lieu de vie, un style ou une époque. Elle est l'image inconsciente de la citoyenneté de ses habitants. Espérons que le contenu des difficultés climatiques qui nous attendent, les citoyens réhabilitent leur maison comme lieu de vie et  non plus seulement comme lieu d'existence. Le choix de sa maison est aussi un choix de société.

 

Petite histoire de l'habitat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents