Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


Le geste de soin

Publié par De Bona Stéphane sur 5 Janvier 2015, 10:09am

Catégories : #Ethnologie

Le geste de soin

La société occidentale a vu évoluer les techniques médicales au cours des siècles. Nous sommes passés du médecin philosophe au médecin technicien.

 

1.    Le médecin philosophe

 

Il est important de rappeler que le serment d'Hippocrate découle de l'œuvre d'un philosophe du même nom qui pratiquait la médecine. Par conséquent, l'acte de soigner est d'abord un art. Il doit être appréhendé avec sensibilité, autant de la part du médecin que du patient. Il demande du temps, de l'écoute et de la sympathie (de l'empathie pour le psychologue ou le psychiatre). On ne peut pas réduire l'homme à une machine comme le croyait Aristote dans « la métaphysique ». Chaque être réagit à des traitements en fonction de sa culture, de sa sensibilité, de sa volonté et de sa résistance aux poisons ingérés.Je le tiens à vous rappeler ici que dans l'Antiquité le médecin était avant tout le maître du poison, d'où l'emblème de sa profession le caducée reprenant le serpent. Notre modernité a profondément oublié cet aspect des choses pour des besoins de rentabilité liée à la rémunération de l'acte. Pourtant, si l'on lit le serment d'Hippocrate, il ne peut être écarté.

 

2.    Le médecin expert

 

De nos jours, le médecin occidental est devenu un expert en application de protocole, son art est devenu tellement technique qui doit connaître toutes les ressources scientifiques du moment. Le courant cognitiviste et la génétique sont entrain de faire renaître le mécanisme d'Aristote. Le patient lui aussi est devenu un expert en pathologie : « il ne dit plus j'ai  mal, il localise la douleur, et parfois même fait des recommandations aux médecins sur le type d'examen qu'il doit prescrire ». Nous arrivons peu à peu à une médecine sans corps ni âme. Face à un patient d'une autre ethnie, le médecin expert se trouve alors désarmé. Il se trouve dans une situation déroutante car le patient est incapable de verbaliser avec les mêmes codes sa douleur. Ce qu'il présente comme du charlatanisme ou une médecine archaïque s'avère être efficace pour ce type de patient.

Le médecin expert doit faire preuve dans ces situations de créativité, il doit inventer de nouveaux protocoles d'intervention en fonction du patient. Il doit prendre en compte la situation sociale de l'individu, ses croyances et son seuil d'adaptation dans notre société. Un protocole de soin n'est pas immuable il peut être et doit être adapté.

 

3.    Le geste de soin « le chamanisme médecin »

 

 

3.1 Le chamanisme

 

Le terme « chamanisme », apparaît au XVIIIe siècle. Il est forgé sur le mot « chamane emprunté au Toungouses de Sibérie, qui désigne ainsi leur spécialiste religieux. À la fois prêtre, sorcier, magicien et divin, le chamane remplit le rôle d'intermédiaire entre les hommes et les esprits. Il entretient une relation privilégiée avec la nature et les animaux sauvages dont ils portent souvent des emblèmes sur son costume. Le plus souvent, les interprétations des pratiques magico-religieuses dites chamaniques que l'on retrouve partout dans le monde sont élaborés à partir d'une description du personnage qu'il met en œuvre. Il résulte de cette démarche que les définitions du chamanisme ont été infléchies en fonction des traits retenus pour décrire les actes du chamane.

Les psychologues et psychiatres ne considèrent plus le chamanisme comme une névrose. C'est devenu aujourd'hui, une forme de médecine primitive. Claude Lévi-Strauss assimile chamanisme à une forme de magie positive ou négative suivant les cas mais sa pratique n'est plus à mettre en doute tant son efficacité est visible (cf. « anthropologie structurale 1, le sorcier et sa magie » pages 200 à 234, éditions Pocket et Plon, 1974).

 

Marcel Mauss définit le chamanisme et la magie en ces termes : « Les rites magiques et la magie toute entière sont en premier lieu, des faits de tradition. Des actes à l'efficacité desquels tout un groupe ne croit pas ne sont pas magiques. La forme des rites est éminemment transmissible et elle est sanctionnée par l'opinion ».

 

3.2 Pouvoir symbolique et activités du chamane

 

« Des différentes activités du chamane, celle de guérisseur a été le plus souvent retenue. La maladie une personne peut être attribuée soit à l'introduction dans son corps d'une substance étrangère que le chamane doit extraire, souvent par succion, doit au contraire au départ de son âme. Dans ce second cas, on pense que l'âme elle-même quittait le corps de son propriétaire, par exemple à la suite d'une forte émotion, auquel a été volé par un esprit mécontent. L'absence prolongée de l'âme entraînerait la mort du malade. Le rôle du chamane consiste à voyager dans le monde des esprits, à y chercher l'âme et à la rapporter à son propriétaire. Dans cette aventure incertaine, le chamane est aidé par des auxiliaires pour affronter les esprits dangereux. La transe, qui comporte deux phases, manifestent l'essentiel de cette action : une gesticulation violente, des bonds impressionnants, un comportement sauvage témoigne d'abord de la rend compte du chamane avec les esprits qu'il a convoqués ; cette furie est ensuite brusquement interrompue par la chute du chamane effondré sur le sol, et comme inanimé, son immobilité signalant un séjour dans le monde des esprits. À son réveil, le chamane raconte les péripéties de son voyage dans l'autre monde, qui pourrait être imaginaire n'en est pas moins très précisément décrit, voire géographiquement localisé. Ce pouvoir de voyager dans d'autres mondes montre toujours le chamane au départ du commerce avec les esprits qu'il convoque au début de la séance. Le critère du « voyage » distingue ici la transe du chamane de celle du possédé relégué, par contraste au rôle passif de « monture des dieux ».

L'accent mis sur la fonction thérapeutique de la définition du chamanisme relève d'un ensemble d'interprétations d'ordre psychopathologique apparaît au XIXe siècle, sur lesquels se sont greffées par la suite les perspectives psychanalytiques. Constatant que des groupes traditionnels doivent leur intégrité psychique au chamane, surtout dans des situations de crise, la psychologie est tentée de voir dans ce personnage un homme menacé par la folie lors de sa maladie initiatique, mais d'autant plus à même de guérir les autres qu'il a pu lui-même surmonter sa crise (Shirokogoroff 1935). Le chamanisme servirait alors à réparer les désordres là où les religions imposeraient un ordre. Le chamanisme se présente encore comme un système unique de pensée, où les hommes demandent à leur  chamane  moins de guérir que d'affaiblir leurs adversaires ». Le chamane libère le plus souvent la tribu ou une famille du mauvais sort, qui peut être jeté par une famille ou un sorcier concurrent par le procédé de la magie noire.

 

3.3 Le chamane « un botaniste »

 

La position du chamane n'est pas acquise à la naissance. On ne n'est pas un chamane on ne le devient. Le futur chamane sera initié par ses pairs. Il apprendra les principes symboliques de sa médecine ainsi que la botanique. Il utilisera les plantes à sa disposition pour guérir ou rentrer en transe selon les besoins de sa pratique médicale. Il participera aux cueillettes afin de repérer les plantes aux vertus médicinales. Exemple la combinaison de Tétrahydrocannabinol et l'ingestion de fruits secs (amendes, pistaches, noisettes...) agit sur les lésions nerveuses. Le Henné sert à cautériser les plaies ainsi qu'à la teinture des cheveux...

L'indigo est une matière antiseptique.

Le curare est utilisé pour leur chirurgie lors de l'anesthésie car il a la propriété de relaxer les muscles.

  

Comment peut-on alors mêler ces deux types de pensée ?

 

Nous devons au préalable démêlé, ce qui semble être un mauvais sort, liée aux croyances du patient de la pathologie constatée. Les réactions de mise à l'écart, et parfois même de privation de nourriture, sont considérées comme des maltraitances dans notre société, mais peuvent traduire des phénomènes de désenvoûtement ou de protection de la famille.

Il se peut que le handicap soit vécu comme un mauvais sort. Dans ce cas pour les familles d'Afrique subsaharienne je vous conseille de vous appuyer sur les rites de mise en place du corps à la naissance. La mère masse triture malaxe le nouveau-né pour mettre en place ces organes malmenés durant l'accouchement et lui donner de la force pour toute sa vie. Appuyez-vous sur le toucher qui est très important dans cette partie du monde, si la famille n'est pas de confession musulmane.

 

Le massage Shiatsu Documentaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents