Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


Les personnes handicapées, ont-elles droit à l'amour?

Publié par De Bona Stéphane sur 4 Janvier 2015, 11:38am

Catégories : #Handicap

Sexualité et handicap, ouvrons le débat !

Sexualité et handicap, ouvrons le débat !

  L'Amour : handicap et sexualité

 

 

  Depuis le début des années 1970, se sont opérés tour à tour la libération sexuelle accompagnée du droit à la liberté d'avortement et enfin une industrialisation du sexe par l'intermédiaire des sex-shops, des diffusions de films érotiques ou pornographiques sans contrôle particulier. L'accès à ces films est devenu, par le biais d'Internet abordable même aux plus jeunes, entraînant des dérives menant à la délinquance sexuelle. Pour cela, le gouvernement issu des élections de 2002, tente de durcir la législation en matière sexuelle et d'établir une prohibition de la prostitution.

 

 Le dernier tabou  

 

Le seul tabou restant en matière sexuelle demeure la vie amoureuse des personnes handicapées, à croire que ces individus sont nés asexués et que l'image de la personne handicapée n'a guère évolué depuis le siècle des lumières; incarnant des monstres entre l'animal et l'humain. Une autre option est encore possible, en observant l'agencement des espaces publics : «l'infirme serait un ange». Ce qui pourrait rendre plausible cette hypothèse serait démontrée par l'existence de trois formes de toilettes publiques (pour les hommes, pour les femmes et pour les personnes handicapées). De ce fait, les invalides constituent un troisième sexe.  De la même la communauté homosexuelle a pu vivre cet état de fait, avant 1982, où l'homosexualité était un délit.

 

Mais comment ce dernier tabou qui concerne la sexualité des personnes handicapées peut-il être levé ? Sans doute, par une reconnaissance pleine et entière de ces citoyens à l'humanité. Si le fait d'être humain peut se définir par le logos, bon nombre de personnes handicapées n'en sont pas dépourvues et, parfois même, en sont bien loties. Ces individus, que l'on pourrait qualifier d'exceptions dans le langage d'Hannah ARENDT, sont souvent perçus comme des bienfaiteurs de l'humanité de part leur côté altruiste. Pourtant les gestes d'altruisme ne sont-ils pas souvent que des actions d'égoïsme déguisé, ayant pour but la reconnaissance de la personne par la société ? La sublimation de la libido : concept de S. FREUD 

 

 Si l'amour est une force équilibrante, et parfois génératrice de créativité et d'action (comme croit l'avoir perçu S. FREUD dans «le souvenir d'enfance de Léonard DE VINCI» qui sublime son homosexualité en se servant de sa libido dans sa création artistique) pour le commun des mortels, il peut être aussi un acte de soin pour une personne invalide. En effet, une bonne relation amoureuse vaut bien une séance de rééducation.

 

 A ce jour, cette question reste encore l'un des plus grands tabous de la société française, alors que  certains pays de l'union européenne s'interrogent ouvertement et tentent de trouver des solutions appropriées. En France, les seules propositions avancées sont le recours à des professionnels du sexe réprimés par la loi,  des plaisirs solitaires ou bien encore le détournement de sa libido en force créatrice et intellectuelle.Etre sans aimer et sans être aimé, ce n'est pas tout à fait être ! «Nos passions (amoureuses) sont les principaux instruments de notre conservation, c'est donc une entreprise aussi vaine que ridicule de vouloir les détruire». Jean-Jacques ROUSSEAU    

 

Une idée poétique du handicap

 


  MAIS ALORS Où SE SITUE LA LIBERTE ?
 

Un amour non endigué par le handicap

Pourtant si négligé que souvent on le rate

Et capable d'aimer sans réserve, sans compter

Un esprit ouvert dans un corps prisonnier

Ah ! Il manque un pied ou deux à ces maux derniers

Mais qu'importe après tout l'âme est libérée ! 

La sexualité des personnes handicapées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents