Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


Biographie de Charles De Gaulle

Publié par De Bona Stéphane sur 29 Mars 2015, 16:53pm

Catégories : #Histoire

Biographie de Charles De Gaulle

 Charles De Gaulle : hommes d'Etat français né à Lille en 1890, mort à Colombey-les Deux- Eglises en 1970. Sorti de l'école de Saint-Cyr en 1912, il prend part aux combats de la Première Guerre Mondiale. Blessé et fait prisonnier à Douaumont, interné à la forteresse d'Ingolstadt, il prépare son ouvrage Discorde chez l'ennemi (paru en 1924). En 1921, il enseigne l'histoire militaire à Saint-Cyr, puis entre au cabinet du vice-président du conseil supérieur de la guerre, le Maréchal Pétain (1925). Il publie Le fil de l'épée (1932), La France et son armée (1938),Vers l'armée de métier (1934), ouvrage dans lequel il préconise la création d'une armée spécialistes en accordant une place de premier ordre à l'arme blindée. Il est nommé colonel en 1937.

 

Le héros de guerrre

 

A la tête de la 4ème division cuirassée, il arrête l'avancé allemande en 1940 à Montcornet (17 mai) et devant Abbeville (28 mai). Il est nommé général de brigade à titre temporaire. Sous-secrétaire d'Etat à la défense nationale dans le cabinet Reynaud (6 juin 1940), il part pour Londres lorsque le ministère Pétain demande l'armistice (16 juin 1940). Le 18 juin, il lance le célèbre appel dans lequel il demande aux français de se grouper autour de lui pour continuer la guerre. Pour rallier les soldats et les colonies qui n'acceptent pas la défaite, il organise le conseil de Défense de l'Empire (octobre 1940). Avec l'aide de F. Eboué et du capitaine Leclerc de Hauteclocque, il rallie l'A.E.F. et le Cameroun (28 août 1940). Il charge Jean Moulin de réaliser l'unité des mouvements de résistance. Il proteste (novembre 1942) auprès des Alliés contre leur reconnaissance de l'autorité de l'amiral Darlan, à Alger. Il arrive à Alger le 30 mai 1943 et crée avec le général Giraud, le Comité Français de Libération Nationale, qu'il préside seul à partir d'octobre et que, un an plus tard (3 juin 1944), il transforme en gouvernement provisoire de la République Française. Le 25 août 1944, il entre dans Paris libéré.

 

L'homme d'Etat

 

Il rétablit l'autorité du pouvoir central. Nommé président du gouvernement provisoire par l'Assemblée Constituante (13 novembre 1945), il marque son hostilité au "jeu des partis" et démissionne le 20 janvier 1946. Opposé à la constitution de la IVe République ( discours de Bayeux 1946), il constitue le Rassemblement du Peuple Français (R.P.F.) en avril 1947. En mai 1953, il se retire de la vie politique officielle. A la suite des événements d'Algérie de mai 1958, le président Coty lui demande de constituer un gouvernement (29 mai). Investi par l'Assemblée Nationale (1er juin 1958), il prépare la réforme des institutions et propose aux peuples d'outre-mer une nouvelle formule d'association avec la métropole : la Communauté. Le 21 décembre 1958, il est élu président de la République et de la Communauté. Il s'appuie au Parlement sur l'Union pour la Nouvelle République (U.N.R.). Il donne l'impulsion à une politique tournée vers la coopération avec les Etats Afrique noire devenus indépendants et à la réforme de la défense nationale (création d'une "force de frappe"). Sa politique Algérienne, fondée sur l'autodétermination, aboutit aux accords d'Evian (mars 1962) et à l'indépendance de l'Algérie. Partisan d'une politique d'indépendance à l'égard des grands blocs, il retire la France de l'Organisation militaire du Traité de l'Atlantique-Nord en 1966 (l'O.T.A.N.) et préconise une meilleure entente avec la Chine (reconnaissance de la République Populaire), l'U.R.S.S. et les Etats d'Europe Orientale. Il est réélu, pour la première fois au suffrage universel, président de la République (décembre 1965), mais il démissionne (avril 1969) à la suite du rejet, par référendum, d'un projet de loi portant sur la régionalisation et la réforme du sénat. Il cesse d'exercer les fonctions de président de la République le 28 mai 1969 à midi. Il fait ses premiers pas loin de la France et du pouvoir en juin 1969 en Irlande, après onze années passaient à la tête de son pays. En juin 1969, Georges Poupidou lui succède après avoir été son premier ministre et devient le second président de la Ve République qu'il a fondée. Le 9 novembre 1970, il meurt à Colombey-les Deux-Eglises. Il est aussi l'auteur de Mémoires (I, 1954 II, 1956 ; III, 1959).

 

Une certaine idée de la France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents