Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Le Démocrate Idéaliste Rebelle[s]

Actualité, Débat, Reconstruction Politique, Philosophie, Ethnologie, Economie, Handicap et Divers c'est le programme que vous aborderez chaque jour en suivant le blog ! Je suis à l'origine de la création de la revue de philosophie de METZ "Le Jardin" et participe à la rédaction de Rebelle[s], magazine bimestriel national. Je souhaite faire de ce blog, un lieu de débat. Il a pour but d'ouvrir plusieurs pistes de réflexions sur des questions politiques, ainsi que publiques qui engagent l'avenir de la société Française et Européenne. Une façon de reprendre notre destin en main pour un auteur idéaliste qui voit le monde se plaire dans le désenchantement du monde.


Si j'étais Président de la République ?... Moi Président...Lol

Publié par De Bona Stéphane sur 19 Février 2017, 12:12pm

Catégories : #Politique

Devise et Drapeaux de la République Française

Devise et Drapeaux de la République Française

Moi Président...LolLe peuple français se prépare des temps sombres inconsciemment depuis le début du XXIéme siècle. Il ressent certainement un sentiment d’injustice, comme je l’ai ressenti à l’âge de sept ans et demi, lors de mon départ pour l’internat. Les institutions de l’éducation nationale publique avaient alors décidé de me bannir et de me faire intégrer un établissement pour des personnes en situation de handicap. Ma différence était loin d’être intellectuelle, déjà à l’époque, mais physique. A cette même période tournait en boucle la chanson de Gérard Lenormand : « Si j’étais Président de la République » dans les nouvelles radios libres légalisées par François Mitterrand. C’est alors qu’a germé, dans mon esprit : « je serais le premier président handicapé de France, pour que plus aucun enfant dans ma situation ne connaisse cette injustice. » Dans ma tête, mon handicap était une chance et mon fauteuil roulant un trône qui marquait ma supériorité, puisque mes camarades du même âge étaient condamnés à utiliser leurs jambes, et donc se fatiguer plus que moi. Le sentiment d’injustice et d’infériorité peut donc être interprété suivant le caractère optimiste ou pessimiste de chaque individu. Pour rester dans l’humour, je vais écrire un semblant de programme présidentiel sous forme d’anaphores en montrant que, peu à peu, les propositions politiques se sont appauvries durant les différents mandats des présidents successifs, certainement provoquées par le manque de culture et d’esprit d’analyse critique de la population française. En 1981, François Mitterrand a développé un projet de société qui tenait en 120 propositions pour le septennat. En 2012, François Hollande s’en est tenu à 60 propositions. Pour ma part, par gentillesse, je n’infligerai que 30 anaphores décomposées en 3 parties de 10 pour transformer notre pays et l’Europe.

 

Changement des institutions françaises

 

Si j’étais président de la République, je convoquerai une assemblée constituante après le discours de politique générale de mon premier ministre pour rééquilibrer la Constitution de la Vème République.

Si j’étais président de la République, je ferai voter une décentralisation générale des différentes strates administratives de notre pays (parlement national, région, département, métropole, commune).

Si j’étais président de la République, j’éliminerai un échelon administratif de la France (département ou commune).

Si j’étais président de la République, j’instituerai un rôle spécifique à chaque institution politique.

Si j’étais président de la République, la région jouerait le rôle des landers en Allemagne et pourrais demander des subventions européennes sans l’accord du pouvoir exécutif (président de la république et gouvernement)

Si j’étais président de la République, je diminuerai le nombre d’élus dans chaque institution, en fonction de sa représentativité et sa proximité vis-à-vis des citoyens.

Si j’étais président de la République, j’instituerai une dose de proportionnel dans chaque scrutin afin que toutes les tendances politiques soient représentées dans chaque échelon assemblée d’élus.

Si j’étais président de la République, j’expliquerai le concept de laïcité en ne faisant pas l’impasse des difficultés religieuses de notre pays : j’enseignerai l’histoire du fait religieux dans les écoles dès le plus jeune âge.

Si j’étais président de la République, je demanderai aux citoyens français d’être acteur de la vie civique afin qu’ils sortent de leur vie léthargique.

 

Développement de la vie économique et sociale

 

Comme chef de l’état français, j’augmenterai le budget de la défense afin que la maintenance du matériel de l’armée soit mieux effectuée.

Comme chef de l’état français, je fusionnerai police et gendarmerie qui auraient pour chef le ministre de l’intérieur.

Comme chef de l’état français, j’éliminerai les policiers municipaux puisque la sécurité de l’état est un pouvoir régalien qui doit être administré par l’exécutif.

Comme chef de l’état français, je ferai nommer des administrateurs d’entreprise parmi les conseillers régionaux puisqu’ils seront responsables de la stratégie économique de leur région.

Comme chef de l’état français, j’instituerai un contrat unique d’embauche qui deviendrait automatiquement un CDI au bout de 2 ans d’activité dans l’entreprise.

Comme chef de l’état français, je créerai un seul régime de retraite par point pour toutes les catégories sociales.

Comme chef de l’état français, je formerai une seule sécurité sociale sur le modèle d’Alsace-Moselle au lieu de 4 actuellement afin de rétablir les comptes de notre sécurité sociale et qu’ils deviennent excédentaires.

Comme chef de l’état français, j’inciterai chaque citoyen à devenir entrepreneur et ils auraient droit aux allocations chômage en cas de faillite.

Comme chef de l’état français, je créerai le revenu universel afin de supprimer les procédures administratives pour obtenir différents droits sociaux. Il serait de 500€ par personnes adultes et de 50€ par enfant.

Comme chef de l’état français, j’établirai une protection sociale minimum pour les retraités et les personnes handicapées de 1100€ par mois.

 

La refondation du projet européen

 

Comme membre fondateur de l’Union européenne, je demanderai une clarification des institutions européenne par la création d’une constitution européenne

Comme membre fondateur de l’Union européenne, je serai un des moteurs pour la création d’une fédération d’états nation.

Comme membre fondateur de l’Union européenne, j’inciterai à la création de projets industriels européen plutôt que nationaux.

Comme membre fondateur de l’Union européenne, je ferai promouvoir des normes européennes plutôt que nationales. Ainsi, la politique étrangère serait commune dans un monde multipolaire : l’Union représenterait bien sa devise « unis dans la diversité ».

Comme membre fondateur de l’Union européenne, j’exigerai la création d’une police fédérale pour pouvoir mettre en application le mandat d’arrêt européen qui existe déjà.

Comme membre fondateur de l’Union européenne, je demanderai que les états exercent entre eux une solidarité budgétaire en fonction de l’état de leur pouvoir financier pour avoir des infrastructures de même qualité.

Comme membre fondateur de l’Union européenne, j’interdirai les budgets déficitaires pour chaque état en faisant voter les recettes avant les dépenses.

Comme membre fondateur de l’Union européenne, il y aurait un impôt unique européen sur le revenu basé sur le flat-taxe (par exemple 23% du revenu net).

Comme membre fondateur de l’Union européenne, je demanderai que chaque citoyen européen soit bilingue en fonction du pays frontalier le plus proche.

Comme membre fondateur de l’Union européenne, je souhaiterai que chaque élève ou étudiant aille passer, au minimum, 1 an de sa scolarité dans un autre état membre de son choix.

 

Ces 30 idées forment un ensemble cohérent et compréhensible pour chaque citoyen. Il simplifie des dossiers difficiles à appréhender pour un non-élu ou une personne qui ne fréquente pas régulièrement les arcanes du pouvoir où siège une pseudo-élite. La principale difficulté est de ne pas connaître les codes et règles qui doivent s’appliquer dans le monde politique. Les politiques doivent incarner la grandeur d’une institution mais ils ne doivent pas oublier qu’ils sont des simples représentants du peuple et que leur pouvoir est éphémère. Il est souhaitable qu’ils n’oublient pas que dans leur fonction ils ne sont pas des hommes tout à fait « normaux ». En effet, ils ne travaillent pas pour eux mais pour l’intérêt général. L’humilité doit être le moteur de leur action en se rappelant leurs origines sociale et culturelle.

 

Je vous rassure ce n'est vraiment pas mon envie en Politique ! 

 

Stéphane De Bona

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents